citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 02 avril 2015

C'est terrible d'être né avec le caractère tellement difficile, qu'on se met tout de suite à jeter des pierres et à pousser des cris, sans vouloir entendre un mot d'explication.
Aristophane (Les Acharniens, in Théâtre complet I, Garnier-Flammarion n° 115, trad. Marc-Jean Alfonsi, p. 38)

Pour tirer le meilleur parti des connaissances acquises, pour en extraire toute la richesse, il importe de ne pas s'y habituer trop vite, de se laisser le temps de la surprise et de l'étonnement.
Hubert Reeves (L'Espace prend la forme de mon regard, p. 57, Éditions l'Essentiel, 1995)

Je m'intéresse peu aux gens. J'ai toujours été ainsi, et je ne changerai pas. J'ai mes raisons. Je n'ai jamais rencontré d'homme ne serait-ce qu'à moitié aussi sincère qu'un chien. Traitez dignement un chien, et il se montrera digne de vous, vous tiendra compagnie, sera un ami dévoué, et ne vous posera jamais de questions. Les chats sont différents, mais je ne leur en tiens pas rigueur.
Annie Barrows (Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates (coauteur : Mary Ann Shaffer), trad. Aline Azoulay-Pacvon , p.211, NiL éditions, 2009)

Respecter une femme, c'est pouvoir envisager l'amitié avec elle ; ce qui n'exclut pas le jeu de la séduction, et même, dans certains cas, le désir et l'amour.
Tahar Ben Jelloun (Éloge de l'amitié, Éd. Arléa, p.47 )

Il y a des choses qu'on n'oserait pas faire s'il fallait les dire à un confident.
André Birabeau (Le Chemin des Écoliers, p.21, La Petite Illustration, 1927)

Épictète du jour

Si tu veux que tes enfants et ta femme et tes amis vivent toujours, tu es fou ; car tu veux que les choses qui ne dépendent point de toi en dépendent, et que ce qui est à autrui soit à toi. De même, si tu veux que ton esclave ne fasse jamais de faute, tu es fou ; car tu veux que le vice ne soit plus vice, mais autre chose. Veux-tu n'être pas frustré dans tes désirs ? Tu le peux : ne désire que ce qui dépend de toi.
Pensées, XXI.