citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 03 septembre 2015

La peur de l'inconnu, c'est l'appréhension du connu défiguré par l'imagination.
Albert Brie (Le mot du silencieux (Les voies pénétrables), Le Devoir)

[...] La beauté, suprême enchanteresse,
Le consolant amour, l'éclat des jeunes ans,
N'ont que trop sur les coeurs des charmes tout-puissants;
Et, sans philtre et sans art, leur agréable amorce
Pour troubler le plus sage exerce assez de force.
Népomucène Lemercier (La Démence de Charles VI, acte 2, sc. 5 (Charles), 1820)

Il y a des gens, comme ça, qui plutôt que de cesser d'être quelque chose, préfèrent encore n'être plus rien du tout...
Georges Simenon (Le bourgmestre de Furnes, p.85, Éd. Labor-Fernand Nathan)

[...] le mariage n'est ni un poison, ni un médicament. C'est une marmelade, une confiture, une friandise !
Carlo Goldoni (Arlequin valet de deux maîtres, trad. Michel Arnaud, p.86, Éd. L'Arche)

Réprouver la violence antidémocratique est une chose, approuver la chasse aux minorités agissantes en est une autre...
René Victor Pilhes (La bête, p.51, Livre de Poche n° 5240)

Épictète du jour

De même que ces deux propositions : « Il est jour, Il est nuit, » sont très raisonnables quand elles sont séparées, qu'on en fait deux parties, et très déraisonnables si on les émet en même temps et que des deux parties on n'en fait qu'une ; ainsi, dans les festins, il n'y a rien de plus déraisonnable que de vouloir tout pour soi, sans aucun égard pour les autres. Quand donc tu seras prié à un repas, souviens-toi de ne penser pas tant à la qualité des mets qu'on servira et qui exciteront ton appétit, qu'à la qualité de celui qui t'a prié, et à conserver les égards et le respect qui lui sont dus.
Pensées, LXII.