citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 13 février 2016

Les flatteurs trouvent leur compte auprès des grands, comme les médecins auprès des malades imaginaires ; ceux-ci payent pour les maux qu'ils n'ont pas, et les autres pour des vertus qu'ils devraient avoir.
Étienne Coenilhé (Pensées diverses in Les Moralistes oubliés d'Alfred Bougeard, p.18, Michel Lévy, 1858)

évidence. - Vous aveugle, quand elle ne vous crève pas les yeux.
Gustave Flaubert (Dictionnaire des idées reçues, p.32, Librio n°175)

Elle avait aimé démesurément la vie et c'était son espérance infatigable, incurable, qui en avait fait ce qu'elle était devenue, une désespérée de l'espoir même. Cet espoir l'avait usée, détruite, nudifiée à ce point, que son sommeil qui l'en reposait, même la mort, semblait-il, ne pouvait plus le dépasser.
Marguerite Duras (Un barrage contre le Pacifique, p.124, Livre de Poche n° 2443)

Les esprits puissants, en marchant à leurs fins, détruisent sur leur passage de bonnes petites choses dont la voix s'élève contre eux et les accuse. Ils font comme Gargantua qui mangeait, sans s'en douter, des pèlerins dans sa salade.
Adolphe Pictet (Une course à Chamounix, p.183, Benjamin Duprat, 1838)

Un homme de lettre porte avec soi, dans sa tête, une collection d'outils tranchants: son vocabulaire.
H.G. Wells (Enfants des étoiles, trad. Armand Pierhal, p. 23, Folio n° 1572)

Épictète du jour

Il ne faut pas prendre légèrement l'alarme dans cette vie. Nous envoyons un homme reconnaître ce qui se passe. Mais nous avons mal choisi notre espion, car nous avons envoyé un lâche, qui, sur le moindre bruit qu'il a entendu, et ayant eu peur de son ombre, revient à nous tout effrayé : « Voilà la mort, l'exil, la calomnie, la pauvreté qui s'avancent. -- Mon ami, parle pour toi. Nous sommes des sots d'avoir si mal choisi notre homme pour être bien informés. Diogène, qui a été en reconnaissance avant toi, nous a fait un rapport bien différent ; il nous a dit que la mort n'est point un mal quand elle n'est point honteuse ; que la calomnie n'est qu'un bruit de gens insensés. -- Mais qu'a-t-il dit du travail, de la douleur, de la pauvreté ? -- Il a dit que la nudité valait mieux que tous les habits de pourpre. « En un mot, nous a-t-il » dit, je n'ai point trouvé d'ennemi, tout est tranquille, et vous n'avez qu'à me voir. Ai-je été battu ? Suis-je blessé ? Ai-je pris la fuite ? » Voilà les espions qu'il faut envoyer. Ils nous rapporteront tous que nous n'avons à craindre que nous-mêmes. »
Entretiens, Livre I, LXIII.