citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 19 septembre 2014

Le ciel et l'enfer sont deux grands poèmes qui formulent les deux seuls points sur lesquels tourne notre existence : la joie et la douleur.
Honoré de Balzac (La femme de trente ans, p.159, GF n°69)

Les montagnes au loin -
reflet dans les prunelles
d'une libellule
Yosa Buson (Haiku, trad. Corinne Atlan et Zéno Bianu, p.145, nrf, Poésie/Gallimard, 2002)

[...] Femme douce et bonne
Au fond du coeur laisse de longs regrets.
Évariste Parny (Alcibiade converti, p. 184 in Oeuvres, P.J. de Mat, 1827)

Il y a des gens, comme ça, qui plutôt que de cesser d'être quelque chose, préfèrent encore n'être plus rien du tout...
Georges Simenon (Le bourgmestre de Furnes, p.85, Éd. Labor-Fernand Nathan)

[...] tout acte que nous accomplissons a un second sens magique, nous ne pouvons rien accomplir qui ne soit magique...
Gustav Meyrinck (Le cardinal Napellus, Éd. Retz-Franco Maria Ricci, trad. Marcel Schneider, p.22)

Épictète du jour

Pourquoi les hommes ne jugent-ils pas de la philosophie, comme ils jugent de tous les arts ? qu'un ouvrier fasse mal son ouvrage, on ne s'en prend qu'à lui, on dit que c'est un mauvais ouvrier, et on ne décrie pas son art. Mais qu'un philosophe fasse une faute, on n'a garde de dire : « C'est un méchant philosophe, ce n'est pas un philosophe ; » mais on dit : « Voyez ce que c'est que les philosophes ; la philosophie n'est bonne à rien. » D'où vient cette injustice ? Elle vient de ce qu'il n'y a point d'art que les hommes ne connaissent et ne cultivent mieux que la philosophie, ou plutôt elle vient de ce que les passions n'aveuglent point les hommes sur les arts, qui les flattent ou qui leur sont utiles, et qu'elles les aveuglent sur ce qui les gêne, les condamne et les combat.
Entretiens, Livre IV, XXX.