citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 21 janvier 2018

[...] la science est un produit de la culture, au même titre que la musique.
Ilya Prigogine (La fin des certitudes, p.51, in La Complexité, vertiges et promesses, Le Pommier/Poche, 2006)

En début d'après-midi, elle va dans la cour arrière prendre place dans les balançoires, occupées par des dames comme elle, âgées, seules, qui habitent des petits logis tout blancs, toujours propres et silencieux. Ensemble, à l'ombre, elles bercent tranquillement leur vie qui s'achève. Leur vieillesse prend une pause.
Céline Cyr (Les dames des balançoires, p.44, in Virages n°39, 2007)

[Une femme] doit songer à faire elle-même de ses enfants des étrangers avant qu'ils le deviennent tout seuls ; ça doit se préparer à ce déchirement.
Edward Albee (Délicate balance, trad. Matthieu Galey, p.163, Éd. Robert Laffont)

Nos deux yeux ne rendent pas notre condition meilleure ; l'un nous sert à voir les biens, et l'autre les maux de la vie. Bien des gens ont la mauvaise habitude de fermer le premier, et bien peu ferment le second.
Voltaire (Le crocheteur borgne, p.253 in L'Ingénu et autres contes, Classiques Français)

Les piques des amants renouvellent l'amour.
Michel Baron (L'Andrienne, acte 3, sc. 3 (Chrémès), 1729)

Épictète du jour

Si, dans un voyage sur mer, ton vaisseau entre dans un port, et que l'on t'envoie faire de l'eau, tu peux, chemin faisant, ramasser un coquillage ou cueillir un champignon, mais tu dois avoir toujours ta pensée à ton vaisseau, et tourner souvent la tête, de peur que le pilote ne t'appelle, et, s'il t'appelle, il faut jeter tout et courir, de peur que, si tu fais attendre, on ne te jette dans le vaisseau pieds et poings liés comme une bête. Il en est de même dans le voyage de cette vie : si, au lieu d'un coquillage ou d'un champignon, on te donne une femme ou un enfant, tu peux les prendre ; mais, si le pilote t'appelle, il faut courir au vaisseau et tout quitter, sans regarder derrière toi. Et, si tu es vieux, ne t'éloigne pas trop du navire, de peur que le pilote venant à t'appeler tu ne sois pas en état de le suivre.
Pensées, XIII.