citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 29 juillet 2016

La beauté de toute oeuvre d'art est en rapport avec le plaisir qu'elle procure lorsqu'on la comprend parfaitement.
Mortimer J. Adler (Comment lire les grands auteurs, trad. Louis-Alexandre Bélisle , p.321, Le Club des Grands Auteurs, 1964)

Rien n'est vide; car le vide n'est rien et ce qui n'est rien ne peut être.
Mélissos (Les penseurs grecs avant Socrate, trad. Jean Voilquin, p.110, Garnier-Flammarion n° 31)

Lorsqu'il tombe une étincelle de l'amour dans un coeur, elle l'anime  ; mais si l'amour en approche son flambeau, il le consume.
Helvétius (Pensées et réflexions, in Oeuvres Complètes T.3, Paris, 1818)

La tragédie des actes. Un acte n'est rien sur le moment. C'est un objet que vous jetez à la rivière. Mais il suit le cours de la rivière, il est encore là, au loin, toujours là ; il traverse des pays et des pays ; on le retrouve quand on n'y pensait plus, et où on l'attendait le moins. Est-ce juste, cette existence interminable des actes ? Je pense que non. Mais cela est.
Henry de Montherlant (La Reine Morte, p.71, Livre de Poche n°289)

[...] la pédagogie reste pédagogique, c'est-à-dire d'essence totalitaire.
Stella Baruk (Échec et maths, p. ,Éd. Seuil Points/S11)

Épictète du jour

Souviens-toi que ce sont les riches, les tyrans, les rois qui ont fourni les sujets des tragédies. Les pauvres ne paraissent point sur nos théâtres, ou, s'ils y ont quelque place, ce n'est que parmi les chanteurs et les danseurs. Ce sont des rois qui prospèrent au commencement de la pièce : tout leur rit, on les honore, on les respecte, on leur élève des autels, on orne leurs palais de couronnes et de bandelettes, et, à la fin du troisième ou du quatrième acte, ils s'écrient avec OEdipe : « O Cythéron, pourquoi m'as-tu reçu ? »
Entretiens, Livre I, LXIV.