citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 23 mai 2019

[Un écrivain néerlandais a dit] qu'en choisissant une femme, un homme révèle son attitude dans le monde [...].
Cees Nooteboom (Le chant de l'être et du paraître, trad. Philippe Noble et Anne Wyvekens, p.57, Folio n°3409)

Je préfère modérer mes joies que réprimer mes douleurs.
Séneque (La vie heureuse, dans La vie heureuse, éd. Arléa 1995, trad. François Rosso, p. 75)

Tous les beaux vers sont réguliers. Non que le sens se plie à la règle ; mais toujours est-il que la règle n'a point cédé ; et par cette obstination même, le sens s'est montré. C'est qu'il faut deux vérités, en quelque sorte, pour en faire une, vérité de la chose, et vérité de l'homme ; et il faut que ces deux vérités n'en fassent qu'une.
Alain (Propos de littérature, Éd. Gonthier, Médiations, p.28)

Personne n'est d'accord avec l'image que donnent les autres de vous.
Henri Bouillier (Préface dans Journal de Jules Renard, p.i, Éd. Robert Laffont, coll. Bouquins.)

Le soi, c'est le nu.
Robert Blondin (Le bonheur possible, Éditions de l'Homme, p. 177)

Épictète du jour

La vraie noblesse de l'homme vient de la vertu, et non de la naissance. -- Je vaux mieux que toi, mon père était consul, je suis tribun, et toi tu n'es rien. -- Mon cher, si nous étions deux chevaux, et que tu me dises : « Mon père était le plus vif de tous les chevaux de son temps, et moi j'ai beaucoup de foin, beaucoup d'orge, et un magnifique harnais, » je te dirais : « Je le veux bien, mais courons... » N'y a-t-il pas dans l'homme quelque chose qui lui est propre, comme la course au cheval, et par le moyen de quoi on peut connaître sa qualité et juger de son prix ? Et n'est-ce pas la pudeur, la fidélité, la justice ? Montre-moi donc l'avantage que tu as en cela sur moi. Fais-moi voir que tu vaux mieux que moi, en tant qu'homme. Si tu me dis : « Je puis nuire, je puis ruer, » je te répondrai que tu te glorifies là d'une qualité qui est propre à l'âne et au cheval, et non à l'homme.
Entretiens, Livre III, XXIX.