citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 04 mai 2015

La jeune fille : Ceux qui n'ont pas besoin de leur amour auprès d'eux n'aiment pas.
Le jeune homme : Cela dépend. C'est compliqué, une présence. Dans un monde incompréhensible, la simplicité, je veux dire l'amour, c'est une capacité d'absence.
René Char (Claire in Trois coups sous les arbres, p.57, Gallimard/nrf, 1967)

[...] Les femmes sont si drôles ! elles ne font jamais comme on se l'imagine ; c'est presque toujours le contraire : la femme est naturellement contrariante.
Elizabeth Harriet Beecher-Stowe (La case de l'oncle Tom, trad. Louis Éhaut, p.55, Hachette, 1855)

[...] une voix qu'on distinguait au milieu de tout rassemblement, même quand elle ne parlait pas fort.
Peter Handke (La femme gauchère, trad. Georges-Arthur Goldschmidt, p.22, Éd. Folio n°1192)

Dans un salon d'hôtel, où !e hasard rassemble des gens qui ne s'étaient jamais vus et qui ne se reverront jamais, l'un raconte ce qu'il est, l'autre ce qu'il a, le plus intelligent ou le mieux élevé ce qu'il sait ; mais chacun parle de soi : chacun, à sa manière, fait la roue.
Eugène Marbeau (Remarques et Pensées, Société d'éditions littéraires et artistiques, Paris, 1901)

[La dépression] est une pathologie de l'estime de soi, car c'est notre valeur personnelle qui est en jeu. On peut la définir socialement comme une pathologie de la grandeur.
Alain Ehrenberg (Le mal d'incertitude (Marie de Solemne), p.20, Éd. Dervy, 2002)

Épictète du jour

Pourquoi naissent les épis ? N'est-ce pas pour mûrir et pour être moissonnés ensuite, quand ils sont mûrs ? Car on ne les laisse pas là sur leur tige, comme s'ils étaient consacrés. S'ils avaient du sentiment, penses-tu qu'ils fissent des voeux pour n'être jamais coupés ? Non, sans doute. Ils regarderaient comme une malédiction de n'être point moissonnés. Il en est de même des hommes. Ce serait une malédiction pour eux de ne pas mourir. Ne pas mourir, pour l'homme, c'est comme pour l'épi n'être jamais mûr et n'être jamais moissonné.
Entretiens, Livre II, XI.