citation d'Albalat Je collectionne depuis toujours les citations. Voici une sélection de celles que j'ai relevées au fil de mes lectures. Elles ne se retrouvent, pour la plupart, dans aucune collection déjà publiée.
Vous avez des commentaires, des suggestions, des corrections à apporter ? N'hésitez surtout pas à m'écrire ! Si la petite histoire entourant la création de cette page vous intéresse, vous la trouverez ici.

Citations quotidiennes du 26 août 2016

Les yeux ne vieillissent pas ; ils meurent, mais ils ne vieillissent pas.
Monique Proulx (Le coeur est un muscle involontaire, p.193, Boréal, 2002)

L'ouvrier ne vend que son corps ; le technicien ne vend que son cerveau ; le commerçant vend son âme.
Auguste Detoeuf (Propos de O.L. Barenton, confiseur, p.111, Éd. du Tambourinaire, 1962)

[...] Martin Gardner, dont il faut cette fois encore saluer le talent pour exposer simplement des idées difficiles.
Normand Baillargeon (Petit cours d'autodéfense intellectuelle, p.249, Lux, 2005)

[...] La vertu mérite qu'on l'encense.
Gaspard Abeille (Crispin, sc. 2 (Crispin), 1681)

[...] On a tout à redouter d'un homme supérieurement intelligent dès lors qu'il se met dans la tête de torturer ses semblables.
Serge Brussolo (Sécurité absolue, p.190, Livre de Poche n°37169, 2006)

Épictète du jour

N'as-tu jamais vu une foire où les hommes se rendent de tous les pays voisins ? Les uns y sont pour acheter, les autres pour vendre. Il y en a peu qui y soient par curiosité, pour voir seulement la foire, et qui s'informent pourquoi elle se tient et qui l'a établie. Il en est de même de ce monde. Tous les hommes s'y rendent, les uns pour vendre, les autres pour acheter. Il y en a très peu qui y soient pour admirer ce grand spectacle, pour connaître ce qu'il est, celui qui l'a £ait, pourquoi il l'a fait, et comment il le gouverne. Car il n'est pas possible qu'il n'ait été fait et qu'il ne soit gouverné par quelqu'un. Une ville, une maison n'existent point sans un ouvrier, et ne durent point si quelqu'un ne les gouverne ; et une machine si vaste et si admirable existerait et durerait par un pur hasard ? Cela est impossible. Il y a donc quelqu'un qui l'a faite et qui la gouverne. Qui est-il donc, et comment la gouverne-t-il ? Et nous, qui sommes aussi son ouvrage, qui sommes-nous, et pourquoi sommes-nous ? Il y en a très peu qui fassent ces réflexions, et qui, après avoir admiré l'ouvrage et béni l'ouvrier, se retirent contents. S'il y en a quelques-uns qui le fassent, ils sont la risée des autres, comme, à la foire, les marchands se moquent des simples curieux, qu'ils appellent des badauds. Et si les boeufs et les cochons pouvaient parler, ils se moqueraient de même de ceux qui penseraient à tout autre chose qu'à la pâture.
Entretiens, Livre II, XXXVI.